10 découvertes inattendues en Italie

Lac de Garde, en Lombardie.
Lac de Garde, en Lombardie.

7 Belges sur 10 sont déjà partis en vacances en Italie; c’est dire l’attachement de notre pays à cette destination qui évoque à la fois le soleil, la plage, les montagnes, l’art, les villes historiques, les villages de charme, le bon vin et la gastronomie. Mais, au-delà de ces grands atouts, la botte italienne recèle bien des surprises en matière de lieux à découvrir, d’itinéraires insolites et de façons de voyager. Pour l’instant bien sûr, impossible d’y partir. Ce n’est que partie remise. En attendant des jours meilleurs, nous vous emmenons, en textes et en images, au cœur de 10 régions nous plonger dans ce que chacune possède de plus beau ou de plus inattendu… Italie, on ne t’oublie pas. Italie, on reviendra. 

                                                                                                                                               Sarah Visse

1/ En Basilicate: les décors et stars de cinéma 

Matera et ses quartiers troglodytiques
Matera et ses quartiers troglodytiques

Si le titre de «Capitale européenne de la Culture» a permis, en 2019, de faire découvrir au monde l’incroyable cité troglodytique de Matera, cette dernière avait déjà été repérée depuis longtemps par les cinéastes à la recherche de décors historiques et bibliques. Dans les ruelles des «sassi» (les quartiers aménagés dans les grottes calcaires), les habitants ont ainsi vu travailler quelques «super stars»: Pasolini, Morgan Freeman ou encore Mel Gibson, qui a aussi tourné, dans le village fantôme de Craco, une autre scène de sa controversée «Passion du Christ». Le bourg de Bernalda, lui, accueille le Palazzo Margherita, transformé en petit hôtel de luxe par Francis Ford Coppola. C’est ici que sa fille, Sofia, s’est mariée, dans le village natal du grand-père du réalisateur. 

2/ Dans le Molise: les «tratturi», pour cheminer sur les traces des bergers

Randonnées dans le Molise, sur les chemins de transhumance
Randonner dans le Molise, sur les chemins de transhumance

Contrée montagneuse et sauvage du Sud de l’Italie, le Molise était rattaché aux Abruzzes jusque dans les années 60. Désormais séparées administrativement, les deux régions continuent de partager, avec le Latium, le «Parc National des Abruzzes, Latium et Molise», riche en forêts, ruisseaux, gorges et cascades. Le parc - et en particulier dans le Molise, qui a toujours vécu au rythme des transhumances -, est traversé par les «tratturi», de longs chemins herbeux tracés et entretenus par les pas des bergers et de leurs troupeaux depuis l’époque préromaine. Ces sentiers constituent aujourd’hui de superbes itinéraires de randonnées à pied ou à cheval qui relient, au milieu de paysages intacts, 70 communes et d’autres curiosités: châteaux, églises, monastères, vestiges archéologiques...

3/ En Sicile: des communes rurales reconverties à l’art et au tourisme durable

Un vieux quartier de Favara, en Sicile, transformé par les artistes
Un vieux quartier de Favara, en Sicile, transformé par les artistes

Bien connue pour ses villes baroques, ses plages «lagon» et ses volcans (l’Etna, ainsi que ceux des îles éoliennes), la Sicile est aussi dotée d’un superbe arrière-pays montagneux, dont certains villages et villes, désertés par les jeunes générations, reprennent vie grâce à des projets solidaires et/ou de tourisme durable. Exemple original dans la cité perchée de Favara, à 15 minutes de route de la Vallée des Temples d’Agrigente: l’un des quartiers historiques a été réhabilité par un collectif d’artistes qui, peu à peu, a racheté et/ou repeint d’œuvres les habitations pour y installer des espaces d’art contemporain, des résidences d’artistes, une boutique design, un bar avec piscine, un magasin du terroir… Dans cet ensemble, plus personne ne s’étonne de voir des dames âgées en tenue de veuve sicilienne sortir de leur maison fluo

4/ En Sardaigne: les centenaires et le Petit Train Vert des montagnes de la Barbagia

Orgosolo
A Orgosolo, le village "rebelle", les murs racontent les luttes et revendications locales. @Paolo Bona/Shutterstock

Pas si loin des plages de Costa Smeralda fréquentées par la jet-set, les montagnes sardes de la Barbagia sont plantées de quelques villages perchés très reculés qui abritent depuis toujours, dit-on, les «esprits rebelles» de l’île. En témoigne l’insolite bourg fortifié d’Orgosolo, dont les murs sont recouverts, depuis 1969, par des fresques illustrant l’histoire, les luttes et les revendications locales. Ces montagnes sont également peuplées par un nombre record de centenaires et de fringants nonagénaires! Ainsi, le village d’Ogliastra est devenu en laboratoire où le mode de vie et la longévité des habitants sont étudiés par des scientifiques internationaux. Pour découvrir la Barbagia, voici deux idées: la randonnée ET l’historique Petit Train Vert, qui a longtemps été le seul moyen de déplacement de ces populations isolées. 

5/ Dans les Abruzzes: à la «chasse» aux loups et aux ours dans les parcs nationaux

Loups des Abruzzes
Les parcs nationaux des Abruzzes sont peuplés de loups et d'ours, qui se laissent facilement observer.

En Italie, les loups et les ours, on ne les "chasse" plus qu’à l’occasion de safaris photos! Dans les Abruzzes, où 1/3 du territoire est recouvert de parcs nationaux, les communautés de ces grands prédateurs sont tellement bien protégées qu’elles ont pu se repeupler et, n’ayant plus autant peur des Hommes qu’avant, elles se laissent assez facilement observer. Cette région est d’ailleurs l’une zones de la planète où on peut les voir le plus fréquemment, de préférence en compagnie d’un guide, qui connaît les meilleurs moments et endroits, ainsi que les consignes de sécurité, puisque l’ours marsicain (endémiques des Abruzzes) peut peser jusqu’à 200 kg! On peut ainsi s’offrir un séjour entier sur les traces de ces animaux, en séjournant dans des gîtes et chambres d’agritourisme au cœur des montagnes qui, ici, culminent à 3000 mètres! 

6/ En Ombrie: entre Assise et chocolat!

Ville d'Assise
Vue sur la spectaculaire ville d'Assise, où reposent les reliques de saint François, fondateur de l'ordre franciscain.

Les chemins de pèlerinage vers Assise, classée par l’Unesco et qui abrite les reliques de saint François, sont jalonnés de superbes villages enrichis au fil des siècles par le tourisme religieux. Ils offrent une incroyable plongée au Moyen-Age, époque à laquelle vécut le fondateur de l’ordre franciscain. Au fil de ces itinéraires, on fait étape chez les producteurs de truffes, d’huile d’olive, de jambons, de fromages… Mais les gourmandises d’Ombrie sont aussi sucrées! Parmi elles: le chocolat Perugina, inventé à Pérouse (une autre ville Unesco!) en 1907 et devenu la marque leader en Italie avec, en vedette, le Baci (Baiser), un rocher fourré de ganache aux noisettes. On peut visiter l’usine de Perugina et son Ecole du Chocolat, avec démonstrations, dégustations et exquises senteurs à la clé! 

7/ Dans les Marches: villes d’art et magasins outlet

Urbino
Urbino, ville natale du peintre Raphael, compte l'une des plus anciennes universités du monde. @Valerio Mei/Shutterstock

Bordées de belles plages, les collines ondulées des Marches servent de décors enchanteurs à plusieurs cités d’art classées par l’Unesco. Il y a notamment Urbino, qui n’est pas connue uniquement pour son incroyable patrimoine de la Renaissance, dont elle a été un berceau. Abritant aussi l’une des plus anciennes universités du monde, elle accueille plus d’étudiants que d’habitants, ainsi que la maison natale du peintre Raphaël. La ville de Pesaro, elle, a vu naître le compositeur d’opéra Rossini, dont on peut également visiter la première demeure dans le vieux centre. Et puis, après les visites culturelles, certains aiment faire des pauses shopping. Cela tombe bien! Plusieurs magasins outlet permettent, à quelques kilomètres des centres historiques, de dégoter les plus belles marques italiennes à prix dégriffés

8/ Emilie-Romagne: la Vallée des Moteurs et les Routes gastronomiques

Fico Eataly World
Les routes gastronomiques d'Emilie-Romagne mènent notamment au Fico, un parc à thème dédié à toute la gastronomie italienne.

L’Emilie-Romagne rassemble, sur un tout petit périmètre baptisé «La Vallée des Moteurs», les sièges de plusieurs grandes marques automobiles (Ferrari, Lamborghini, Maserati,…). Les constructeurs ouvrent au public les portes de leur musée et/ou site de production; certains offrent même la possibilité de tester leurs plus beaux modèles sur le bitume. C’est alors peut-être à bord d’un bolide que vous partirez à la découverte de la région, l’une des plus riches d’Europe en produits d’appellations d’origine protégée. Parmi les stars: le jambon de Parme, le parmesan, le vinaigre de Modène, le Grana Padano,… Les curiosités et expériences gourmandes ne manquent donc pas. L’Université des Crèmes glacées et le FICO (un parc à thème dédié à toute la gastronomie italienne) n’en sont que quelques exemples. 

9/ En Lombardie: le luxe de la mode, des arts, du caviar et des paysages

Lac de Garde
Le luxe d'une vue sur le lac de Garde, bordé de villages de charme.

La Lombardie, c’est le luxe de la mode et des arts à Milan, où Léonard de Vinci, dont on a célébré les 500 ans de la mort l'an dernier, a vécu plus de 20 ans. C’est aussi le luxe des produits de bouche, notamment du caviar de Brescia, devenu l’un des principaux producteurs du monde, dont la qualité lui garantit une bonne place sur les meilleures tables du coin et d’ailleurs. L’entreprise propose des formules combinant la visite des bassins d’esturgeons et une dégustation dans l’un des restaurants les plus réputés de la ville ou de la province. Et puis, la Lombardie, c’est encore le luxe des paysages des grands lacs: le lac Majeur, le lac de Garde et le lac de Côme, dont les eaux turquoise sont bordées de ports de charme, de palais et de villas de stars. 

10/ Dans le Frioul-Vénétie julienne: l’insolite Trieste et ses cafés historiques

Café Trieste
Café traditionnel de Trieste: un expresso noir servi dans le verre, avec crème et macaron.

Le Frioul-Vénétie julienne est une terre de bien-être avec des centres thermaux réputés, mais aussi de gastronomie avec, en vedette, le jambon San Daniele. Voisine de l’Autriche et de la Slovénie, elle n’a rejoint l’Italie qu’à la fin de la Première Guerre mondiale. Avant cela, elle faisait partie de l’Empire austro-hongrois, ce qui explique que l’allemand et le slovène y sont des langues officielles au même titre que l’italien. Le centre historique de Trieste, lui, fait davantage penser à Vienne ou à Budapest qu’au reste de l’Italie. On s’y attable en tout cas dans des cafés historiques mythiques, que fréquentaient autrefois artistes et intellectuels (dont un certain James Joyce!), à la découverte de tous les arômes de café et façons de le servir, rappelant que la cité a, en la matière, une tradition longue de plus de 300 ans et a vu naître le café Illy