Ardèche : 10 expériences pour en tomber amoureux

Ardèche : 10 expériences pour en tomber amoureux
Gorges de l'Ardèche © M. Geray

L’Ardèche fait partie de ces destinations qui, une fois visitées, donnent envie de s’y installer pour toujours. Ce qui marque en premier, ce sont les paysages, spectaculaires, intacts, composés de gorges où coulent des rivières cristallines, de montagnes et anciens volcans, de vignobles, de champs de lavande et de forêts à perte de vue. Mais, en plus, on y rencontre des habitants inspirants et passionnés qui débordent d’idées pour faire découvrir leur territoire, leurs savoir-faire, leurs villages de caractère, leur gastronomie et leurs vins au travers d’activités originales et d’hébergements pleins de charme. On vous embarque pour 8h30 de voiture depuis nos frontières, pour vivre 10 expériences ardéchoises qui vous feront, vous aussi, tomber amoureux de ce département du Sud-Est de la France, situé entre Auvergne et Provence …

1/ Explorer les gorges de l’Ardèche : pourquoi pas en kayak et bivouac ?

Kayak en Ardèche
Le kayak est un moyen fantastique pour sillonner les gorges de l'Ardèche. © Shutterstock

Fleurons du département, ces gorges, qui totalisent 30 km de long, sont tout simplement spectaculaires, taillées au fil des millénaires par le cours vigoureux de rivière Ardèche. Ce canyon aux eaux cristallines, devenu une réserve naturelle riche de plus d’un millier d’espèces animales et végétales, s’explore de préférence en canoé-kayak. Des aventures sont même possibles sur plusieurs jours, avec nuitées en bivouac. Autres moyens : la barque, l’escalade, la spéléo et bien sûr la marche, sur les sentiers de rando.

Pont d'Arc, Ardèche
Le Pont d'Arc est la plus grande arche naturelle au monde à avoir été creusée par un cours d'eu encore en activité. © Shutterstock

LE site « carte postale » des gorges et leur porte d’entrée, est la Combe d’Arc. On l’admire depuis le haut des falaises comme depuis le bas, dans le méandre où s’élève le Pont d’Arc. Cette arche calcaire naturelle aux dimensions colossales (60 mètres de long sur 54 de haut) est la plus grande de la planète à avoir été creusée par une rivière encore en activité. Autant dire qu’on y prend un plaisir fou à pagayer ou nager dessous … à quelques brasses de la Grotte Chauvet (voir ci-dessous).

2/ Dormir dans une grotte … ou y déguster du vin !

Grotte de Saint-Marcel, Ardèche
La grotte de Saint-Marcel est l'un des mondes souterrains surprenants à découvrir en Ardèche. © Shutterstock

Les gorges de l’Ardèche ont aussi cette particularité de constituer l’un des sites d’Europe les plus riches en nombre et en diversité de grottes et avens. On y pénètre dans plusieurs (grottes de Saint-Marcel, de la Madeleine, de Soyons, l’Aven Marzal …) pour se balader dans un fascinant monde souterrain fait de concrétions majestueuses et cristallines. Mais on y découvre également des activités insolites qui s’y sont développées, comme dans la grotte Aven d’Orgnac, classée Grand Site de France et spot spéléo incontournable, qui sert de lieu de vinification à plus de 10.000 bouteilles des meilleures cuvées des Vignerons Ardéchois.

L’Aven-Grotte Forestière, elle, dévoile un étonnant monde végétal. Dans cette cavité intimiste, des racines d’arbres tombent des plafonds au milieu des stalactites. On la visite à la lampe frontale et, le soir, les lieux se transforment en Spélé’Hôtel, confortable bivouac on l’on peut passer la nuit !

3/ Voir les plus anciennes peintures du monde dans la grotte Chauvet 2 !

A faire en Ardèche : voir les plus anciennes peintures du monde dans la grotte Chauvet 2
A faire en Ardèche : voir les plus anciennes peintures du monde dans la grotte Chauvet 2. © Sycpa-Sébastien Gayet-ADT07

Mais la plus célèbre des cavernes ardéchoises est évidemment la Grotte Chauvet, classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Son histoire est singulière. Elle fut découverte par hasard assez récemment (en 1994) par un groupe de spéléologues amateurs, qui eurent l’incroyable surprise d’y tomber nez à nez avec des fresques préhistoriques. Il s’avéra que la cavité abritait en fait l’une des plus fabuleuses réserves en la matière : plus de 1000 figures remarquablement conservées et surtout les plus anciennes peintures rupestres jamais découvertes, datant d’il y a 36.000 ans. Bien sûr, pour ne pas abîmer ce trésor, le public n’a pas accès à la grotte. Depuis 2015, on en visite la réplique exacte (Chauvet 2), dont le clou du spectacle est la fresque de 92 lions représentés en mouvement (nos ancêtres se servaient des aspérités des parois pour créer des impressions de mouvement) sur 12 mètres de long ! Installée sur les hauteurs de Vallon Pont d’Arc, la reproduction a déjà attiré plus de 2 millions de visiteurs en 5 ans.

4/ Suivre un sentier artistique au cœur des Monts d’Ardèche

Monts d'Ardèche
En balade sur le Mont Gerbier-de-Jonc, dans la chaîne des Monts d'Ardèche. © S.Tripot-ADT07

A 1h15 de route au Nord des gorges de l’Ardèche et de ses grottes, le département dévoile un tout autre visage dans son Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. Lui aussi est reconnu par l’Unesco pour son caractère unique, sous le prestigieux label « Géoparc » récompensant ses richesses géologiques dont l’histoire remonte à 550 millions d’années.

Car les Monts d’Ardèche sont d’anciens volcans, dont l’Homme a tiré profit en extrayant la pierre volcanique pour bâtir les villages du coin, en puisant l’eau de source chaude pour développer des stations thermales (Saint-Laurent-les-Bains, Vals-les-Bains et Neyrac-les-Bains …) et en traçant, au travers des paysages magiques, 4300 km de sentiers de randonnées. Ici, les balades traversent ou croisent des lacs de cratère, cirques, falaises de prismes, orgues basaltiques, coulées et pointes volcaniques …, notamment autour du Mont Mézenc, point culminant du département avec ses 1754 mètres.

Suivre un sentier artistique au cœur des Monts d’Ardèche
La " Tour à Eau ", oeuvre de Gilles Clément, sur le sentier artistique de la Ligne du Partage des Eaux. © C. Fougeirol-ADT07

Une façon originale (et poétique) de découvrir les plus beaux sites et villages du parc naturel est de suivre le parcours artistique suivant la ligne du « Partage des Eaux » qui, en Ardèche, sépare les bassins méditerranéen et atlantique. Cette ligne invisible est matérialisée, depuis 2017, par les œuvres contemporaines d’artistes internationaux. Ils les ont créées sur mesure pour les paysages et sites patrimoniaux dans lesquels ils les ont posées : la Chartreuse de Bonnefoy, le Mont Gerbier-de-Jonc (au pied duquel la Loire prend sa source), l’Abbaye de Mazan, la Tour de Borne, l’Abbaye Notre-Dame des Neiges … Le trajet, d’une centaine de kilomètres, peut être réalisé en voiture ou bien à pied sur le GR7 ou encore à vélo, en pédalant sur un morceau de l’itinéraire de la Grande Traversée VTT (voir plus bas).

5/ Se balader dans les Villages de Caractère

La nature ardéchoise sert de merveilleux écrin à d’innombrables villages médiévaux
La nature de l'Ardèche sert de merveilleux écrin à d’innombrables villages médiévaux. Ici : Antraigues-sur-Volane, au coeur des Monts d'Ardèche. © Shutterstock

La nature ardéchoise sert de merveilleux écrin à d’innombrables villages médiévaux, tantôt perchés sur les montagnes tantôt blottis au creux d’une forêt ou d’une vallée, parfois en bord de rivière. 21 d’entre eux ont obtenu le label « Villages de Caractère d’Ardèche », récompensant non seulement la qualité de leur patrimoine, mais aussi leur dynamisme, leur envie de partager avec les visiteurs leurs Art de Vivre et savoir-faire.

Saint-Laurent-sous-Coiron, Ardèche
Véritable nid d'aigle, Saint-Laurent-sous-Coiron est l'un des villages labellisés " Village de Caractère ". © M. Dupont-ADT07

L’un des nouveaux venus parmi les Villages de Caractère, et aussi le plus haut, est Saint-Laurent-sous-Coiron, véritable nid d’aigle dominant plaine et montagnes. Il est installé sur le massif volcanique du Coiron, qui lui a offert sa pierre basaltique en guise de matériau de construction. Dominés par les ruines d’un château et une charmante église, les édifices médiévaux du bourg mêlent ainsi pierres volcaniques et pierres calcaires, donnant des façades en damiers noir et blanc très photogéniques. Plusieurs parcours ludiques sont proposés pour découvrir le village et ses secrets, dont un à suivre sur smartphone et d’autres à destination des familles et enfants à partir de 4 ans.

Plus d’infos sur les villages de caractère sur www.villagesdecaractere-ardeche.com, avec notamment un guide à télécharger.

Bon à savoir : une toute nouvelle boucle « La Lande à Vélo » permet de relier, en 35 km, les trois Villages de Caractère que sont Vinezac, Ailhon et Chassiers, en passant par vignes, cours d’eau et forêts.

Le vélo, justement, parlons-en …

6/ Abandonner la voiture pour le vélo, le train à vapeur et le bateau

Le relief ardéchois est marqué et cela fait plaisir aux VTTistes et autres adeptes de vacances actives à vélo !
Le relief ardéchois est marqué et cela fait plaisir aux VTTistes et autres adeptes de vacances actives à vélo ! Ici : l'itinéraire " Dolce Via ". © M. Rissoan-ADT07

Le relief ardéchois est marqué et cela fait plaisir aux VTTistes et autres adeptes de vacances actives à vélo, qu’ils s’offrent sur de grands itinéraires avec, jamais loin, des hébergements et prestataires labellisés « Accueil Vélo ». Ces derniers s’engagent à faciliter les vacances des cyclotouristes avec, par exemple, un service de transport des bagages, des locaux sécurisés, du matériel de réparation, des cartes à disposition, etc.

Pour les autres, pas ou peu sportifs, les joies de la petite reine sont possibles grâce aux vélos électriques et aux itinéraires plus courts et/ou à plat, au cœur des vallées et le long des cours d’eau. Le deux-roues est en tout cas un formidable moyen pour entrer en connexion avec les paysages époustouflants du département, qui est en outre très actif en matière de création de sentiers cyclables.

Parmi les itinéraires incontournables, citons la Grande Traversée de l’Ardèche en VTT : 315 km cumulant 5500 mètres de dénivelé positif et 4000 mètres de dénivelé négatif. Cette dorsale Nord-Sud nous conduit des contreforts du Pilat jusqu’aux gorges de l’Ardèche, en passant par les Monts d’Ardèche et les Cévennes. A noter qu’une partie de l’itinéraire a été couplé avec l’insolite et savoureux parcours « Vélo & Fromages », qui ménage 38 haltes gourmandes à la découverte des métiers du lait et du fromage : fermes, ateliers de transformation, caves d’affinage, marchés, boutiques et restaurants.

Il y a aussi la ViaRhôna qui, elle, longe le Rhône (le fleuve) du lac Léman à la Méditerranée, avec 4 tronçons ardéchois totalisant 93 km. Bon plan : les croisières «Boat’n bike», de la compagnie des Canotiers du Rhône, qui proposent d’effectuer une partie de l’itinéraire sur l’eau, avec vélo à bord, sur un superbe bateau en mélèze. 

Train de l'Ardèche
Authentique train à vapeur, le Train de l'Ardèche sillonne la vallée du Doux depuis le 19e siècle. © S. Bridot-ADT07

Itinéraire de mieux en mieux connu (élu « Véloroute de l’année 2020 » aux Pays-Bas) et dont rien que le nom fait rêver : la Dolce Via, voie douce (1% de dénivelé) et facile de 93 km, uniquement réservée aux piétons et vélos, occupant une ancienne voie de chemin de fer dans la Vallée de l’Eyrieux. On y pédale le long de la rivière, entre châtaigneraies, cultures en terrasses, anciennes filatures… Depuis ce circuit, on a la possibilité de rejoindre des trains touristiques, notamment l’emblématique Train de l’Ardèche, authentique train à vapeur qui sillonne une autre superbe vallée depuis le 19e siècle, celle du Doux, reliant les villages de Lamastre et Tournon-sur-Rhône. On peut grimper à bord avec son vélo et ainsi poursuivre les explorations cyclistes une fois descendus du train, en rejoignant la ViaRhôna.

7/ Multiplier les plaisirs gourmands

LE produit emblématique : la châtaigne (qui bénéficie d’une AOP « châtaigne d’Ardèche »), dont le département est le premier producteur français.
LE produit emblématique : la châtaigne (qui bénéficie d’une AOP « châtaigne d’Ardèche ») est déclinée dans de nombreuses préparations. © C. Fougeirol-ADT07

La nature de l’Ardèche est généreuse et donne des produits de qualité, cultivés, élevés et travaillés par de véritables artisans du goût, dans les fermes, ateliers, auberges traditionnelles et restaurants étoilés.

LE produit emblématique : la châtaigne (qui bénéficie d’une AOP « châtaigne d’Ardèche »), dont le département est le premier producteur français. Elle se décline en châtaigne fraîche, châtaigne sèche et farine de châtaignes, et se cuisine à toutes les sauces, dont la plus célèbre préparation n’est autre que le « marron glacé », à déguster auprès de maisons spécialisées dans les villes d’Aubenas et Privas.

Une belle expérience gourmande est à vivre de mi-octobre à mi-novembre, au cœur du Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, qui bat alors au rythme des « Castagnades ». Dans les villages, c’est la fête à la châtaigne, réunissant castanéiculteurs, artisans, artistes, restaurateurs, professionnels de l’accueil touristique et … l’ensemble des habitants, autour de nombreuses animations.

Autres produits savoureux de l’Ardèche : l’ultra-fine viande de bœuf « Fin Gras du Mézenc » AOP, la truffe noire ou encore le Tanargue, whisky 100% ardéchois, tout récent puisqu’il a été distillé, pour la première fois, en 2017 !

Pour goûter à tout et au meilleur, on peut se créer un itinéraire au fil des « Etapes Savoureuses de l’Ardèche », répertoriées dans un dépliant disponible dans les offices de tourisme locaux. Il s’agit d’excellents lieux gourmands qui ouvrent leurs portes aux visiteurs : producteurs, entreprises, musées gourmands, restos … En matière de restos, consultez également les Bistrots de Pays, une marque qui distingue les adresses qui renouent avec le charme des cafés de villages d’antan, ces endroits conviviaux où les produits locaux sont cuisinés avec amour.

8/ Multiplier les expériences viticoles

Vignobles Ardèche
Tournon-sur-Rhône, l'une des 3 destinations labellisées " Vignobles et Découvertes " en Ardèche. © B. FAVRE-ADT07

La gastronomie ardéchoise s’arrose évidemment de bons vins ; des vins qu’on déguste, et qu’on «vit» …

Trois territoires ardéchois ont été labellisés « Vignobles & Découvertes ». Cela signifie qu’ici, il est possible de multiplier les expériences autour du vin, en compagnie des vignerons. Ceux-ci proposent bien sûr de séjourner sur leurs domaines, mais aussi d’y dîner autour de tables conviviales. Ils nous invitent encore à participer à des randos, pique-nique ou balades en vélo électrique ou méhari dans les vignes ; à des ateliers vins et truffes ou tapenades, à des cours de cuisine en accords mets & vins, à des concerts dans les caves ou les vignobles, à des fêtes dans les villages … Très insolite : cette session de « spéléo-œnologie » dans la grotte de Saint-Marcel, où des vignerons-spéléologues font vieillir leurs vins, dans des conditions naturelles idéales, à 80 mètres sous terre ! On y déguste, casque sur la tête, ces fameux « vins de grottes ».

A noter : les vignerons nous donnent rendez-vous le 3e week-end d’octobre (en même temps donc que les Castagnades …) pour le « Fascinant week-end Vignobles & Découvertes » : 3 jours de festivités, découvertes et animations originales autour du vin ! 

9/ Rencontrer les artisans … et des créateurs de bijoux !

Voguë, Ardèche
Le château de Voguë accueillera en novembre la Biennale des Métiers d'Art. © Shutterstock

L’Ardèche regorge de savoir-faire. Ceux qui touchent au palais bien sûr, mais aussi aux objets et arts plastiques. En témoignent les sentiers artistiques à suivre dans la nature et les nombreuses galeries et ateliers d’artistes et artisans à visiter dans les villages, ainsi que les festivals et événements organisés dans des lieux prestigieux, comme la Biennale des Métiers d’Art, prévue la 2e quinzaine de novembre dans le château de Vogüé (l’un des « Villages de Caractère »).

Y seront présents des créateurs de bijoux, dont l’Ardèche s’est fait une spécialité depuis le 19e siècle, dans la Vallée de l’Eyrieux, surnommée la « Vallée du Bijou » puisque ses ateliers et manufactures, employant 800 personnes, en font la première industrie bijoutière de France. Pour découvrir cet univers, on visite notamment « L’Atelier du Bijou », installé dans la toute première usine Murat, où, entre autres expériences, on peut se glisser dans la peau d’un apprenti. Bon plan : les manufactures sont dotées de magasins … où l’on peut dès lors faire des achats à prix d’usine !

10/ Séjourner dans des perles d’hébergements

Ici, on séjourne dans des hébergements de charme
En Ardèche, on séjourne dans des hébergements de charme. © Wilfrid Haberey-Gites de France d'Ardèche-ADT07

Ne cherchez pas de grands resorts, hôtels de chaîne ou quoi que ce soit qui ait un rapport avec le tourisme de masse dans la campagne ardéchoise … Ici, on séjourne dans des hébergements de charme : petits hôtels, gîtes, chambres d’hôtes installés dans des mas, bastides ancestrales, châteaux, maisons de maître … Les logements sont aussi parfois insolites, et toujours gérés par des habitants passionnés qui ont eu à cœur de rénover les vieilles pierres ou d’innover pour faire découvrir à leurs hôtes leur territoire selon le véritable Art de Vivre ardéchois.

Pour trouver votre bonheur, surfez sur Les Gîtes de France de l’Ardèche ou www.ardeche-week-end.eu

Mais on vous livre déjà ici quelques bonnes adresses, récemment ouvertes ou qui ouvriront bientôt :

  • Hôtel Villa Walbaum : l’ancienne maison de maître du domaine viticole de Colombier, à deux pas du Pont d’Arc et au bord de la rivière (où une plage a été aménagée, notamment pour des départs en canoë) a été transformée en boutique-hôtel 4 étoiles de 12 chambres, décorés des meubles anciens familiaux. C’est beau mais, en plus, les propriétaires proposeront à leurs hôtes des expériences : week-end avec des Chefs, descente vigneronne, partie de pêche ... Tarif : à partir de 150 € la chambre double. Infos : www.villawalbaum.com
  • Les Barras’k sont deux très confortables chalets sur un domaine viticole, à mi-chemin entre le gîte et la chambre d’hôtes, avec vue magnifique sur le Vercors. Tarif : à partir de 130 € le chalet. Infos : www.lesbarrask.fr
  • Camping Le Folastère : dans un environnement ultra nature, Marjolaine et Michel ont imaginé un endroit hors du temps pour se ressourcer de façon écolo. Débarqués dans ce petit coin d’Ardèche, ils ont repris un camping au charme fou. Situés dans une châtaigneraie centenaire : 20 emplacements disposés en terrasses, mais aussi 2 caravanes colorées, une roulotte et, dernières nouveautés, 2 cabanes en bois et une yourte de méditation qui accueille même des séances de yoga. Tarif : à partir de 60 €. Infos : www.le-folastere.fr
  • Les Eco-Gîtes L’Olive : Quatre jolies maisons en bois et pierre, bâties en éco-construction complète en bordure des champs d’oliviers des propriétaires. Tarif : à partir de 390 € la semaine pour 2 personnes. Infos : www.gites-lolive.com

Plus d’infos sur l’Ardèche

Pour bien d’autres bonnes adresses et conseils de vacances, consultez la « Bible » touristique de l’Ardèche, qui termine de donner envie de boucler ses valises immédiatement : www.ardeche-guide.com

Sarah Visse

Crédits photos de la galerie : Shutterstock, S. Bridot-ADT07, E. Kopp-ADT07, H. Hellmann-ADT07, M. Dupont-ADT07.